Open Land -3

Open Land -3

En juin 2021, enregistrement aux Studios La Buissonne du 3ème album du Quartet Open Land “Petits riens, presque tout” 
Le quartet sera accueilli au Comptoir à Fontenay-sous-Bois en résidence et pour la création le 21 mai 2021. 

Petits riens, presque tout, un voyage musical inspiré par des poètes minimalistes du monde entier.  

“La poésie m’accompagne depuis longtemps, notamment la poésie minimaliste à laquelle je suis de plus en plus sensible. Aérée, souvent ancrée dans le présent, plutôt allusive que métaphysique, elle est un miroir dirigé vers notre quotidien, ainsi que vers la nature qui nous entoure et nous aide à prendre conscience de leur beauté. Ces poésies m’invitent aussi à cultiver mon monde intérieur, plutôt que de chercher des bonheurs furtifs par le biais de la consommation, de la gesticulation. Par extrapolation, je ressens qu’elles sont alignées sur mes réflexions citoyennes: savourer, prendre soin de la nature ; repenser nos besoins et s’engager dans une processus de décroissance, afin de préserver la terre et de partager équitablement avec les plus démunis.  C’est pour toutes ces raisons que j’ai décidé de consacrer ma prochaine création musicale à des poètes minimalistes du monde entier :   William Carlos Williams, Martine Audet, Chandak Chattarji, Lydia Vadkerti- Gavornikova, Saleh Diab, Rati Saxena, Masaoka Shiki…
Mes compositions ne s’inscriront pas spécialement dans le minimalisme musical, si ce n’est que j’aime l’espace, les silences, privilégier l’écoute des timbres et des résonances, écrire des mélodies parfois épurées. Elles seront principalement orientées vers un langage harmonique issu de la musique contemporaine, associé à des signatures rythmiques parfois complexes, privilégiant le mélange de débits différents, joués simultanément par les membres de la formation. J’ai l’impression que la musique que j’écris change et évolue constamment depuis des années, dans des directions que je n’aurais pas pu anticiper ; les sujets qui me touchent également.
Le quartet que j’ai formé en 2014 avec Claude Tchamitchian, Régis Huby et Edward Perraud, accompagne ces évolutions comme s’il était le prolongement idéal de l’expression de mon intimité artistique. C’est pourquoi je fais appel à eux pour un troisième opus afin qu’ils investissent ce projet dont le sujet est très proche de leur sensibilité ainsi que de leurs engagements citoyens.” Bruno Angelini